Poésies

les poésies de Jean Cognée

 

 

Vivre au paradis

 

 

Vivre de jeux et de rires,

Lorsqu’on est enfant

Ouvrir le livre de toutes les découvertes,

Lorsqu’on devient grand

Découvrir celle qui deviendra sa mie

Connaître celui qu’on chérira pour la vie

Avoir le bonheur de la maternité

Accueillir avec joie le nouveau-né

Réussir sa vie professionnelle   

Elever ses enfants avec un coeur très maternel

Avoir la chance de devenir grands-parents

De pouvoir choyer ses petits enfants

N’est-ce pas déjà une vie bien remplie ?

 

Mais si en plus on habite sur un autre continent

Même si celui-ci n’est pas bien grand

C’est encore plus exaltant

Les limites de notre territoire,

Ce sont simplement les rives de notre Loire

Cette Loire que bien sûr nous aimons,

Ne sommes-nous pas nés dans son giron ?

Des citadins viennent vivre ici l’été

Certains s’installent jusque dans nos prés

Et comme c’est un petit paradis,

Vite nous devenons des amis

Il y a les parties de pêche en bateau

Les blagues qu’on se raconte à l’apéro

Et puis les balades en vélo.

 

Pendant ce temps la Loire sommeille

Mais à l’approche de l’hiver, voilà qu’elle se réveille

Pour quelque fois venir nous chatouiller les orteils

La cave il faut déménager,

Monter plein de choses au grenier

Fini les sorties en auto,

On a le plaisir de prendre le bateau

Apprendre à nos jeunes, c’est un vrai bonheur,

La conduite du bateau au propulseur

Lorsqu’il fait très beau temps,

Il nous arrive d’amener des amis, des parents

Voir comment on vit ces moments

On les promène sur ce lac vivant,

Car entre les levées de notre île

L’eau coule assez lentement,

Et lorsque nous les reconduisons,

Il y a sur la rive plein de gens des environs

Ils ont un air tout contrit,

Croyant voir notre visage déconfit,

Mais lorsqu’ils nous voient arriver les yeux rieurs,

Ils comprennent que nous ne sommes pas en malheur

Car sur notre continent

On est heureux à tout moment.

 

                                                                                                Jean Cognée